Actualités


mardi 26 février 2013

Journal économique de Jean-Baptiste André - 50



1790-1842

Toutes les semaines retrouvez ce document inédit exceptionnel
Le Journal économique du fils du dernier seigneur d’Aubière

Épisode 50
Octobre 1796


Octobre 1796
[Page 53]

Prix des denrées : froment 20£ ; seigle 16£ ; vin 6£ 10s

1- On a commencé vendange à Aubière le lundy dix octobre. Il y a eu neuf bacholées dans la vigne ; vingt quatre dans les thiers, y compris la dixme et déduction faite de ce qu’Etienne Randanne s’est réservé pour la portion dont il ne jouit pas.

2- On a vendangé le 12 et le 13 à Noyers. Il y a eu en tout pour ma portion soixante deux bacholées, et six bacholées pour la dixme, ce qui fait soixante huit. Toute la vendange de part et d’autre a été portée à Clermont. On s’est accomodé pour les thiers du château avec les fermiers pour dix pots de vin.

Journal économique de Jean-Baptiste André (1790-1842) - Page 53 (détail)
(Archives privées)

3- On a mis à Aubière tous les bestiaux de la commune dans mes prés pour y manger la dernière herbe. On en a fait autant chez tous les particuliers.

4- Je me suis arrangé avec les fermiers de la moitié de la vendange de Noyers affermée par la nation à la quantité pour ce qui me restait dû de vingt quatre pots de vin qui, joints à ce qu’ils m’avaient donné l’année dernière, forme celle de quatre vingt dix pots, total de ce qu’ils avaient amassé.

5- J’ai retiré mes coupons d’emprunt forcé. J’ai fait diviser le premier montant à 1000£ en trois portions : l’un de 600£ pour la seconde moitié de l’impôt d’Aubière, l’autre de 250£ pour la 1ère moitié de celui de Lempdes, que le fermier de Noyers doit me compter, l’autre de 150£ pour la 1ère moitié de celui de Clermont.

6- J’ai fait dans ce mois-ci un voyage à Lyon pour y savoir des nouvelles de mon frère. J’ai appris qu’il était mort le 13 aoust dernier et qu’il avait ainsi mis fin à ses malheurs, comme il avait mis le comble à ceux de sa famille. A mon retour, il a été question d’arrangements avec Chardon mon beau-frère. Il a prétendu que nous devions partager sa portion entre mes sœurs et moi, et en décharger ma tante Desmarets, qui en est soumissionnaire du consentement de toutes les parties. Ma mère a réclamé et a prétendu devoir être admise à cette soumission, attendu que d’après les anciennes loix, elle aurait hérité d’une portion dans les biens de droit écrit dans les successions de chacun de mes deux frères. Ce qui aurait fait 10.000£ pour l’un, et 15.000£ pour l’autre, d’après les estimations. De plus, elle a dit que l’époque de la remise de ce dépôt n’avait point été fixée, et qu’il pouvait fort bien demeurer jusqu’après sa mort en état d’indivision. Elle a donc offert ou de le garder en en payant le prix à la nation, ou de le partager par quart actuellement, chacun contribuant au prorata.

7- J’ai payé chez le receveur de la Régie 22.000£ en mandats à compter sur le premier sixième du dernier quart de la portion soumissionnée. Cela ne fait guère que moitié de ce que cela doit monter ; mais l’estimation n’étant pas faite, je serai à temps de parfaire après.


Épisode précédent   <>   Épisode suivant

En savoir plus sur le Journal économique de J-B. André > Retour à l’épisode 1


lundi 25 février 2013

Inventaire et estimation des biens André d'Aubière_03



Inventaire et estimation de l’ensemble des domaines

Propriétés de la famille ANDRÉ d'AUBIÈRE

Domaine des Vergnes

Comment se retrouver au milieu de toutes les propriétés de la famille André d’Aubière dont le fils, Jean-Baptiste, nous parle chaque semaine dans son journal économique ? Ce troisième volet de l’inventaire des biens de la famille devrait nous aider…

L'An 5 de la République Française Une et Indivisible, le 1er Pluviôse (20 janvier 1797), Nous, Gilbert Veyrier, géomètre, habitant de la Commune de Cournon, expert nommé par l'Administration Centrale du Département du Puy-de-Dôme, suivant son Arrêté du 13 Brumaire dernier (4 novembre 1796), et Charles Rispal, aussi géomètre, demeurant en la Commune de Clermont, autre expert nommé par la citoyenne Marie Favard Desmarest, aussi résidant en ladite Commune de Clermont, soumissionnaire des biens dont la dénomination suit :

Il s'agit de faire l'estimation des biens appartenant à la République, aux droits de François ANDRÉ d'AUBIÈRE, émigré, à cause du décès de Pierre ANDRÉ d'AUBIÈRE, père, en quelques endroits qu'ils soient scis et sittués.

La masse des biens qui forme la succession dudit Pierre ANDRÉ d'AUBIÈRE, consiste en trois corps de domaines :

·                     l'un à AUBIÈRE, Commune du même nom,
·                     le second à NOYER, Commune d'Aulnat,
·                     le troisième aux VERGNES, Commune de Clermont-Ferrand.

et une Maison, dans ladite Commune de Clermont.

Chapitre troisième

Domaine des VERGNES

Nous avons continué les opérations ordonnées par l'arrêté de la ditte Administration départementale, en procédant à l'évaluation du dit Domaine des VERGNES, toujours assistés du dit citoyen Nicolas, Commissaire du Directoire exécutif près la ditte Administration municipale de Clermont-Ferrand, et du citoyen André d'Aubière fils. Nous avons suivi et mesurés tous les héritages qui font partie du dit bien.


Des Bâtiments

-1°-    La maison du métayer, composée d'une seule pièce, au rez-de-chaussée, et d'un caveau, loge à pourceaux à sa suitte, grenier sur le tout, colombier sur le derrière, autre loge à pourceaux et jalinier (?) au-dessus, à cotté : étable à beufs en retour d'écaire, grange à la suitte, dont le sol est en terre, en continuité, autre grange, le sol en pierre, tels sont les bâtiments du dit Domaine.
Une cour sur le devant, un peu étroite ; à l'opposite est le jardin, clos de hayes et entouré de mayères, de la contenue de Cent vingt toises de planimétrie. Ces objets sont confinés par les propriétés du Domaine d'orient et Nord  et par deux voyes publiques de midy et occident.  Nous estimons  le produit net des dits articles, y compris les arbres à mayère du dit jardin, valeur de 1790 : Quatre vingt dix francs. Cy... 90 f
Lequel revenu, multiplié par dix huit, aux désirs de la loi, donne un capital de : Seize cent vingt  francs. Cy ... 1620 f

-2°-    Nous sommes transportés dans un pré, appellé de trois journeaux, contenant Trois journeaux moins quatorze toises, joignant le pré du citoyen d'Orcieres d'orient et midy, la voye publique aussi de midy, le jardin cy-dessus confiné d'occident, la cour et la terre de six journaux de Nord. Cet héritage est entouré de mayères; il a été planté nouvellement en arbres fruitiers dont la réussitte fait peu espérer. Nous estimons le revenu annuel, valeur de 1790, y compris les arbres : Cent vingt francs. Cy ... 120 f
qui, multiplié par vingt deux, aux termes de la loi, forment un capital de : Deux mille six cent quarante francs. Cy ... 2640 f

-3°-    Dans un autre pré, dit de deux journaux, contenant Deux journaux, une quartonnée et demie,  joignant la terre de Onze journaux cy-après confinée d'orient et Nord,  autre pré de deux journaux aussi cy-après confiné de midy, et la terre des héritiers du citoyen Lacombe d'occident. Ce pré est également entouré de mayères. Estimé avec ses arbres, un revenu net de : Soixante cinq francs. Cy ... 65 f
qui fait en principal, Quatorze cent trente francs. Cy ... 1430 f

-4°-    Dans un autre pré, aussi appellé de deux journaux, contenant Deux journaux, trois quartonnées, deux coupées, joignant la voye publique d'orient, le verger de quatre œuvres de midy, la terre des héritiers du citoyen Lacombe d'occident, le pré cy-dessus confiné et la terre de onze journaux de Nord. Également bordé de mayères. Estimé, avec ses arbres : Soixante dix neuf francs. Cy ... 79 f
au capital de : Dix sept cent trente huit francs. Cy ... 1738 f

-5°-    Sur une terre, connue sous le nom de dix journaux, de la contenance de Dix journaux, une quartonnée, joignant la terre du citoyen  d'Orcieres d'orient, autre terre ditte de quatre jounaux du dit Domaine aussi d'orient déclinant à Nord, le pré de trois oeuvres et des bâtimens de midy et partie d'occident, et la voye publique aussi d'occident et Nord. Bordé de quelques mayères. Estimé, y compris les arbres : Cent quatre vingt cinq francs. Cy ... 185 f
qui fait en capital : Quatre mille soixante dix francs. Cy ... 4070 f

-6°-    Dans une autre terre, ditte de quatre journaux, de la contenance de Trois journaux, cinq quartonnées, une coupée,  joignant les propriétés du dit Domaine d'orient et occident, la terre du citoyen d'Orcieres de midy et la voye publique de Nord. Les deux tiers de cet héritage sont en terre et le troisième tiers en pré ; le tout est entouré de mayères. Le produit net, estimé, y compris les arbres : Quatre vingt quatre francs. Cy ... 84 f
au capital de : Dix huit cent quarante huit francs. Cy ... 1848 f

-7°-    Dans une autre terre de la contenance d'Un journal, trois coupées et demie, joignant le pré du citoyen d'Orcieres d'orient déclinant à midy, autre pré du Domaine aussi de midy, la terre cy-dessus confinée d'occident, et la voye publique de Nord, au revenu annuel de : Vingt quatre francs, dix sols. Cy ... 24 f 10 s
qui produit en capital : Cinq cent trente neuf francs. Cy ... 539 f

-8°-    Dans une autre terre, contenant Cinq quartonnées moins vingt toises, joignant le pré du citoyen d'Orcieres d'orient et midy, la terre cy-dessus confinée d’occident, et celle de … [en blanc] de Nord.
Estimée de produit net : Quinze francs. Cy ... 15 f
au capital de : Trois cent trente francs. Cy ... 330 f

-9°-    Dans une autre terre, même appartenance, contenant Deux cent soixante quatre toises de superficie, joignant le Ruisseau des Vergnes d'orient et Nord, la terre de … [en blanc] de midy et celle de La Charité de Montferrand d'occident. Estimée de produit net : Onze francs. Cy ... 11 f
qui donne en principal : Deux cent quarante deux francs. Cy ... 242 f

-10°-  Dans une autre terre, convertie en pré, contenant Deux journaux et une quartonnée, joignant la terre d'Annet Migual d'orient, le bosquet ou garenne du Domaine des Vergnes, appartenant au citoyen d'Orcieres de midy, la terre du dit d'Orcieres d'occident et celle cy-dessus confinée art. 7 de Nord. Cet héritage est entouré de mayères. Estimée, y compris les arbres, de produit net : Quarante un francs. Cy ... 41 f
et en capital : Neuf cent deux francs. Cy ... 902 f

-11°-  Dans une autre terre, même appartenance et terroir, contenant Onze journaux et une quartonnée, joignant la voye commune allant à Gerzat d'orient,  les héritages du dit Domaine de midy et partie d'occident, la terre des dits héritiers Lacombe aussi d'occident, un sentier de Nord et la terre du dit Annet Migual encore de Nord : aussi bordée de mayères, un gros noyer y est enradiqué. Évaluée, avec les arbres, à un revenu annuel de : Deux cent vingt un francs. Cy ... 221 f
et en capital la somme de : Quatre mille huit cent soixante deux francs. Cy ... 4862 f

-12°-  Dans une autre terre, dite Le Verger de quatre journaux, de la contenance de Quatre journaux, trois quartonnées, une coupée, joignant la voye publique d'orient et midy, le pré des héritiers du citoyen Lacombe d'occident et le pré cy-dessus confiné art.4, bordée d'arbres à mayères. Estimée, y compris les arbres : Cent quarante francs. Cy ... 140 f
lequel revenu donne en capital : Trois mille quatre vingt livres. Cy ... 3080 #

-13°-  Dans une autre terre, mêmes appartenances, contenant Huit journaux, quatre quartonnées, deux coupées, joignant la terre du citoyen d'Orcières d'orient, le Domaine appellé La Corade de midy, la terre des héritiers du citoyen Lacombe d'occident et les voyes publiques aussi d'occident et Nord. Cet héritage est aussi entouré de mayères, la plupart sur leur retour. Nous estimons le produit annuel, valeur de 1790, y compris les mayères, à : Cent quatre vingt cinq francs. Cy ... 185 f
lequel revenu, toujours multiplié par vingt deux, donne un capital de : Quatre mille soixante dix francs. Cy ... 4070 f

Total des revenus du Domaine des VERGNES : Douze cent deux francs, dix sols. Cy … 1202 f 10 s
Total des capitaux : Vingt six mille quatre vingt quinze francs : Cy ... 26.095 f


© Cercle généalogique et historique d’Aubière (sources : A.D. 63 - 1 Q 331)






vendredi 22 février 2013

Terrier de 1764_05



Le terrier Tiolier
C’est un registre voire plusieurs reliés ensemble (réalisés entre 1764 et 1790 environ). Il se présente en deux colonnes : l’une pour le numéro de l’article (correspond-il à un numéro identique sur un plan parcellaire ?), l’autre pour désigner la nature de la propriété, bâtie ou non, le nom de son propriétaire, sa profession, son domicile. Le tout par quartier.
Nous poursuivons la transcription.

Quartier de la Quaire, côté d’occident

Suitte du quart. de la quaire
entrant par la porte du même nom dans
le lieu d’Aubière dud. cotté d’occidant

Terrier de 1764 - Page 10
(Archives communales d'Aubière)

Page 10
118-[en blanc]
119-[en blanc]
120-La maison de Jehan Jouhanel dit canard
121-Maison de Berbeaud Babut, cordonnier, tenue en rante d’Amable Vaury
122-Maison de Jeanne Thevenon, veuve d’Annet Mosnier dit nadaud.
123-Maison de Guillaume Brayo.
124-Maison de Jean Aurine dit Marre
125-Maison de Gabriel Frecaud
126-Maison de Michel Frecaud layné
127-Maison de Jean Cassière dit Goleaud
128-Maison de Jehan Jouhanel dit canard
129-Maison d’Antoine Blanc dit Mozer
130-Maison de Jean Broucheix (sic) Drivon
131-Maison de Guilliaume Domas dit pachon
131 bis-Maison de Thomas Fosson sous le n°28 Qr (Quartier) du château
132-Maison de François Tailliendier voye n°24 Qr (Quartier) du château
133-Maison et cuvage de Marie Adriotte (Driot) veuve de Renet Brunel dit Rameix, n°25 Qr (Quartier) du château
134-Maison de Victor Herbeau dit Barretas, tailleur, sous le n°26 et 27 quartier du Château.
135-Maison de Saturnin Tailliendier dit le Bègue, et Pierre Tailliendier
136-Maison de Jacques Mosnier par Françoise Miallot (Maillot) sa femme.
137-Maison de Guillaume Fineyre layné.

Page 11
138-Maison d’Annet Chastanier et Martin Chastanier
139-Maison de Gabriel Jallus dit le mignard
140-Maison de Louis Tartara dit pantier
141-Maison de François Tarringaud
142-François Fineyre
143-La maison d’Antoine Blanc
144-La maison de Claude Blanc dit le petit bondieu
145-La maison d’Anne Tartara, veuve d’Henry Blanc
146-Écurie d’Amable Degironde dit Jeandou avec le n°114
147-La maison de Jean Ranvier, boucher


Sources : Archives communales d’Aubière

Cercle généalogique et historique d’Aubière




mardi 19 février 2013

Journal économique de Jean-Baptiste André - 49



1790-1842

Toutes les semaines retrouvez ce document inédit exceptionnel
Le Journal économique du fils du dernier seigneur d’Aubière

Épisode 49
Septembre 1796


Septembre 1796
[Page 52]

Prix des denrées : froment 23£ ; seigle pancarte 16£ 10s ; vin 5£

1- J’ai arrêté compte avec le fermier des Vergnes pour le payement de ses deux termes des provisions et de la St Jean dernière à la somme de 1025£ qu’il m’a payée, tant en bled qu’en argent. La moitié de lad[ite] ferme était payable en mandats.

2- Il y a eu dans le pré Rouger dix chars de regain, dont deux m’étaient réservés pour le petit pré Rouger et les trois lites au-dessous ; il y en a eu cinq dans la garenne ; j’ai mis quatre journées de faucheurs à 45 sols, et trois journées de femmes à 12 sols.

3- J’ai fait monté dans le cuvage de Clermont une troisième cuve qui avait demeurée à Aubière, comme ayant servie au salpêtre. Je l’ai faite relier de nouveau, réparer le fonds (sic) et mettre un cercle de fer. J’ai payé les journées de charpentier nourris.

4- Ayant été porté à dix mille livres numéraire d’emprunt forcé, c’est-à-dire à trois mille livres de première tune [?] et à sept mille livres de suplément (sic). J’ai payé les sept mille livres en mandats valeur nominale, et j’ai présenté une pétition au département pour demander une modération et subsidiairement j’ai demandé la division de la cote sur six portions, ce qui ne ferait pour chacun que 80.000£, l’estimation ayant été faite en masse à 500.000£.

"Ayant été porté à dix mille livres numéraire d’emprunt forcé..."

5- J’ai donné à faire conjointement avec Mr Ceyrat et Mr Lamothe à des gens d’Aunat (1) la raze de Noyers, moyennant quatorze sols la toise pleine, mes fermiers se sont chargés de faire leur portion conjointement avec eux.

6- Michel Chaboissier (2) de Romagnat, qui nous avait servi autrefois en qualité de charretier, et qui a été depuis à l’armée étant tombé au sort, en est revenu. Il continuera de nous servir. Je lui donne de gage 100£. Il a soin de ma jument qui a été achetée 500£ à la foire d’aoust. C’est une bête à deux fins ; je lui ai fait faire tout ce qu’il fallait pour pouvoir la monter ; elle n’a pas beaucoup de ventre et ne se nourrit pas très bien.

7- J’ai pris des arrangements avec les fermiers qui avaient pris de la nation une vigne de Noyers ; ils m’avaient donné précédemment pour la moitié de la ferme, la somme de 26.400£ assignats, et je leur avais pris le vin sur le pied de 400£ le pot, ce qui fait soixante six pots de vin. Ils m’en donneront encore vingt quatre à l’anche (3), ce qui fera en tout quatre vingt dix pots de vin. Leur ferme étant de 1115£, j’étais dans le cas, d’après la loi, de les faire payer en argent.


Annotations de Pierre Bourcheix :
(1) – Aunat : lire Aulnat.
(2) – Michel Chaboissier : ancien domestique de la famille André. On peut en savoir plus ici > Chronique de la maison Decorps.
(3) – Anche : gros robinet de bois à l’usage de la cuve ou du foudre.



En savoir plus sur le Journal économique de J-B. André > Retour à l’épisode 1