Actualités


mardi 15 janvier 2013

Il y a 220 ans, aujourd’hui



Mariage du 15 janvier 1793
entre Jean Ervais et Catherine Pignol

Nous découvrons ci-dessous un des premiers actes d’état civil rédigés par les municipaux d’Aubière, après la Révolution. Le premier acte du registre est un mariage du 8 janvier 1793. Le mariage que nous avons choisi est intéressant à plus d’un titre. D’abord, la date est mixte : calendrier grégorien et calendrier républicain ; il faut bien quelques mois pour s’habituer à la nouvelle datation (rappelons que le calendrier républicain est entré en vigueur le 22 septembre 1792, premier jour de l’an un). Ensuite, la rédaction de l’acte, dans sa forme, est originale, par rapport à ce qu'il se fera quelque temps plus tard. Enfin, l’orthographe des noms propres n’existant pas, nous assistons à un changement de nom du futur marié…

Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Acte de mariage Jean Ervais - Catherine Pignol
(Registre des mariages 1793-1794 - Archives communales d'Aubière)

Transcription du texte ci-dessus :
« Aujourd’huy, quinzième jour de janvier, l’an second de la République Française (1), à dix heures du matin, par devant moi, Jean Vergne, membre du Conseil général de la Commune d’Aubière, département du Puy-de-Dôme, élu le premier janvier 1793 pour rédiger les actes destinés à constater la naissance, mariage et décès des citoyens, sont comparus dans la Maison Commune, pour contracter mariage, d’une part Jean Ervais, âgé de vingt deux ans, cultivateur, domicilié dans la municipalité d’Aubière, département du Puy-de-Dôme, fils de Jacques Ervais, vigneron et de Anne Veze son épouse, tous deux domiciliés dans cette Commune d’Aubière ; d’autre part, Catherine Pignol, âgée de vingt trois ans, fille à Amable Pignol et de Jacquette Montel, vignerons, domiciliés dans cette municipalité d’Aubière ; lesquels futurs conjoints étaient accompagnés de Jacques Ervais, père de l’époux, âgé de cinquante ans, de Jean Ervais, oncle de l’époux, âgé de quarante cinq ans, de Amable Pignol, père de l’épouse, âgé de cinquante trois ans, et de Amable Pignol, cousin de l’épouse, âgé de vingt trois ans, tous cultivateurs, domiciliés dans la Commune d’Aubière. Moi, Jean Vergne, après avoir fait lecture, en présence des parties et des dits témoins, 1° de l’acte de naissance de Jean Ervais, en date du quinze janvier, qui constate qu’il est né le vingt sept octobre 1770 à Aubière du légitime mariage entre Jacques Ervais et Anne Veze ci-dessus dénommés. 2° de l’acte de naissance de Catherine Pignol, en date du quinze janvier, portant que Catherine Pignol est née le treize aoust 1769, du légittime [sic] mariage entre Amable Pignol et Jacquette Montel. 3° de l’acte de publication de promesse de mariage entre les futurs conjoints dressé par moi Jean Vergne le six du mois de janvier et affiché à la porte de la Maison commune le six du même mois ; après aussi que Jean Ervais et Catherine Pignol ont déclaré à haute voix se prendre mutuellement pour époux, j’ai prononcé, au nom de la loi, que Jean Ervais et Catherine Pignol sont unis en mariage, et j’ai rédigé le présent acte que les parties et les témoins, interpellés de signer, ont déclaré ne sçavoir signer. Fait en la Maison Commune d’Aubière les mêmes jour et an, mois cy-dessus ». Signé : Vergne.

L’acte de naissance de l’état civil
Le rédacteur de l’acte est Jean Vergne, curé constitutionnel d’Aubière, accessoirement notable dudit lieu, et, à ce titre, membre de la Municipalité de 1793. Les élections municipales ont eu lieu le 16 décembre 1792 ; le conseil était alors constitué du maire, Martin Gioux, de cinq officiers municipaux, de onze notables dont le curé et le vicaire d’Aubière, assermentés, et un secrétaire-greffier. Dans l’acte, Jean Vergne signale qu’il a été élu le 1er janvier 1793 (vraisemblablement au sein du conseil) pour rédiger les actes d’état civil. Sans doute était-il bien placé pour cela en tant que prêtre (il était vicaire à Saint-Dier avant la Révolution) : il rédigeait déjà les actes des baptêmes, mariages et sépultures sur les registres paroissiaux. Le curé Mosnier d’Aubière, refusant de prêter serment, Jean Vergne en a profité pour réintégrer sa paroisse d’origine et en devenir curé après avoir prêté serment à la Constitution républicaine.

Acte de baptême de Catherine Pignol
(Archives départementales du Puy-de-Dôme - 6 E 14/4)

Acte de baptême de Jean Arvet
(Archives départementales du Puy-de-Dôme - 6 E 14/4)

Changement de nom
« Jean Arvet, fils naturel et légitime à Jacques et d’Anne Vesse, est né et a été baptisé le vingt sept octobre 1770. Son parrain Jean Arvet ; sa marraine Margueritte Frecou ; les deux de cette paroisse, qui ont déclaré ne sçavoir signer de ce enquis ». Signé : Jarrie, vicaire.
Voilà la transcription de l’acte de baptême de Jean Arvet, dit Ervais dans son acte de mariage, tel que vous pouvez le voir sur les actes ci-dessus.
L’acte de naissance de Jean Ervais, qui a été lu le jour du mariage par Jean Vergne, a, semble-t-il été rédigé le jour même, 15 janvier 1793. Quelque soit le « copieur », il s’est basé sur l’acte de baptême ci-dessus, et n’a pas reproduit l’orthographe du patronyme, mais l’a écrit, vraisemblablement, tel qu’on le prononçait en 1793. D’où l’erreur…
Pour la petite histoire onomastique, sachez que le nom originel de cette famille à Aubière est… Arveuf ! (voir Patronymes aubiérois).

Note :
(1) – Quinzième jour : « quinzième jour de janvier, l’an second de la République… ». Dans le calendrier grégorien, on dit : 15 janvier 1793 ; dans le calendrier républicain : 26 nivôse an un de la République. Non seulement la date est mixte, mais il y a une erreur dans l’année républicaine…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire