Actualités


vendredi 17 août 2012

Hygiène de la bouche et des dents



Les billets du docteur Kyslaw – 4

Kyslaw, prononcez « qui s’lave ». C’est le pseudonyme que se donnait le bon docteur Casati qui n’avait pas de cabinet médical à Aubière, mais qui était malgré tout soucieux de la santé de ses concitoyens aubiérois et aimait prodiguer des conseils par l’intermédiaire du Bulletin paroissial d’Aubière, dans les années 1908-1913.
Nous allons, au fil des mois prochains, vous distiller quelques-uns de ses billets.

Aujourd’hui, savez-vous vous laver les dents au savon de Marseille ?

"Le savon blanc de Marseille peut parfaitement convenir..."

L’hygiène de la bouche et des dents est trop négligée. On ne connaît pas assez son importance ; on ne sait pas que, de la bouche, peuvent partir un grand nombre d’affections diverses, et, d’une façon générale, toutes les maladies des appareils respiratoire et digestif.
La bouche est un véritable carrefour où se donnent rendez-vous tous les germes venus de l’extérieur et qui s’y trouvent même dans un état de parfaite santé : ces germes prendront une virulence dangereuse si, pour une raison quelconque, l’organisme s’affaiblit. Il importe donc au plus haut point de combattre le séjour de ces germes dans la cavité buccale, et, comme ils se renouvellent sans cesse, de faire des lavages de bouche au moins quotidiens.
Assurer l’hygiène de la bouche c’est en outre prévenir la carie dentaire dont on sait toutes les conséquences, non seulement locales et individuelles, mais générales et sociales.
L’hygiène quotidienne de la bouche consiste surtout dans le nettoyage des dents, mécaniquement pratiqué avec une brosse à soies fermes. On doit proscrire la brosse molle et la brosse en caoutchouc. L’action de la brosse doit être suffisante pour débarrasser la surface des dents du tartre dont le développement favorise la carie. Il faut se garder d’un brossage trop énergique ; s’il existe de la gingivité il ne sera pas mauvais cependant de provoquer, mais rarement, une légère hémorrhagie [sic] des gencives.
Pour aider à l’action mécanique du brossage on lui adjoint l’emploi de poudres ou pâtes dentifrices. Tous ces produits doivent être exempts de substances trop dures et, partant difficiles à pulvériser, susceptibles de rayer l’émail de la dent. Le savon blanc de Marseille peut parfaitement convenir à défaut d’autre chose.
On fera suivre le brossage d’un lavage antiseptique dont l’action sera favorisée par celle du brossage même, d’où l’emploi des élixirs dentifrices, dont les plus simples peuvent être représentés par une solution faible d’acide phénique ou d’acide borique. Le lavage de la bouche doit se faire avec un liquide tiède : les brusques changements de température sont nuisibles à l’intégrité du tissu dentaire.

Docteur Kyslaw, alias docteur Casati.

Paru dans Bulletin paroissial d’Aubière - décembre 1909



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire